Menus Propos : le blog d'Elettra

Stendhal, Eluard: premiers pas bibliographiques

Partager:

On le sait: ce qui fait l'agrégé(e), c'est la connaissance des oeuvres et non la connaissance de la bibliographie. Si on a la chance de suivre un bon cours sur chacun des auteurs et que l'on s'entraîne aux exercices du concours, on n'a pas besoin de lire (beaucoup) d'ouvrages critiques.

 

Mais si, pour se rassurer ou parce qu'on n'a pas ce bon cours dont je parlais, on éprouve le besoin de se plonger dans un ouvrage critique, autant ne pas perdre son temps.

 

J'ai donc testé pour vous...

 

STENDHAL

 

Je conseille vivement la lecture de Stendhal Stratège de Marie Parmentier (Droz, 2007), ouvrage passionnant et intéressant de bout en bout dont je m'inspirerai à coup sûr pour mes travaux.

 

L'autre référence majeure me semble être Le Rouge et le Noir. Essai sur le romanesque stendhalien de Michel Crouzet (Eurédit, 2012) Attention cependant au prix auquel les différents sites proposent cet ouvrage. Ne vous évanouissez pas devant les 165 euros qu'en demandent certains, et allez sur le site de Decitre où il est proposé entre 60 et 65 euros, c'est déjà bien suffisant...

 

En revanche, je n'ai pas réussi à relire "Connaissance et Tendresse chez Stendhal" première partie de Littérature et Sensation de J.P Richard, qui dormait dans ma bibliothèque et m'avait pourtant éclairée jadis à l'occasion d'un cours sur Lucien Leuwen. Les analyses de J.P Richard sont toujours d'une grande finesse mais je vise à plus d'efficacité immédiate. Si l'un d'entre vous pense cependant que cette une lecture toujours nécessaire, qu'il me le signale dans les commentaires.

 

ELUARD


L'ouvrage de Jean-Yves Debreuille Eluard ou le pouvoir du mot (Nizet, 1977) peut rendre de grands services dans la mesure où il  nous donne quelques pincettes méthodologiques pour saisir les déroutants poèmes d'Eluard et en décrire le fonctionnement, étape essentielle avant de parvenir à l'élucidation du sens.

 

Par ailleurs, il est utile de relire l'article de Michael Riffaterre consacré à "La métaphore filée dans la poésie surréaliste". Il est disponible sur le site Persée.

Commentaires

Posté par Planche le
Bonsoir,

Suite à votre note, j'ai lu l'ouvrage de Parmentier. S'il ouvre des perspectives de lecture tout à fait intéressantes, il ne m'a pas apparu comme étant l'ouvrage indispensable à la préparation de cette épreuve (mon point de vue est peut-être faussé, préparant le concours pour la 1ère fois). Il comporte en outre des redondances qui alourdissent sa lecture. Il s'agit ici d'offrir un point de vue sur ce texte, en aucun cas de critiquer votre suggestion. Le dictionnaire St et l'ouvrage de M Crouzet sont sur mon bureau, à suivre… cordialement.
Marie-Claire Planche
Posté par Florence le
Bonsoir,

Quand je donne un conseil de lecture critique, il ne s'agit jamais que de mon avis et il est bien naturel qu'il ne soit pas unanimement partagé. Et si je suis bien d'accord sur le caractère un peu répétitif de certains passages, cet ouvrage correspond à ce que je cherchais à apprendre; les notions de "lecture distanciée ou participative, la lisibilité stendhalienne, la bonne et la mauvaise littérature, le narrateur caché, perceptible ou manifeste", tout cela m'a intéressé et je me suis dit qu'il était bien risqué de faire une leçon sur "Narrateur et narrataire" par exemple, sans l'avoir au moins parcouru.

Cordialement

FV




(Votre email ne sera pas affiché publiquement.)


Code Captcha

Cliquer sur l'image pour voir un autre captcha.