Menus Propos : le blog d'Elettra

Michel Crouzet: Essai sur le romanesque stendhalien aux éditions Eurédit

Partager:

Eurédit a publié fin 2012 une nouvelle édition revue, corrigée et augmentée de l'ouvrage de M.Crouzet Le Rouge et le Noir Essai sur le romanesque stendhalien. L'auteur, qui a consacré le plus grande partie de ses recherches à Stendhal examine comment le roman au programme prend place dans la tradition et le genre romanesque. Très dense, loin de l'abstraction et de l' l'impressionnisme ennemis du candidat au concours, cet essai sera d'une utilité immédiate pour les agrégatifs. Chaque page vous servira.

 

L'essai nous remet d'abord en mémoire les faits-divers à l'origine du Rouge: l'affaire Berhet, l'affaire Lafargue, il examine la place du "romance" dans l'oeuvre, il nous montre que l'on a peut-être cru comprendre trop tôt le sens du célèbre titre, il souligne comment l'Histoire est présente par allusion, il définit le Rouge comme un roman du crime et de l'échafaud, il fait le point sur ses modèles romanesque antérieurs, il écorne nos idées reçues sur le point de vue, retrace comment fut perçu le personnage de Julien depuis la parution du livre, l'atrocité du petit Julien, et il nous livre encore des éclaircissement sur ce sacré dénouement.

 

Oui, tout cela, et bien d'autres choses. Vous gagnerez du temps à lire ce livre plutôt que plusieurs autres. Comme ça, c'est clair.

 

Et il est écrit gros! (Riez, riez, mais quand la préparation de l'agreg vous aura laissé avec un strabisme divergent, vous comprendrez ce que j'ai voulu dire.)

 

Cahier de vacances:

 

Dès la première page de l'essai, on lit cette phrase extraordinaire: " Le roman est d'abord le roman d'un crime ou le roman du crime, né des comptes rendus des Assises, exploitant le sublime noir du guillotiné, la poésie inquiétante de la "scène" judiciaire: scène du tragique moderne où la procédure force à explorer "le coeur humain" sur la base de preuves bien établies et qui distingue par l'infamie et la mort une aristocratie populaire de la déviance, l'héroïsme paradoxal de l'homme qui tue et qui ne sort de son obscurité que pour mourir en place publique la tête tranchée."


Je ne dis pas d'en faire immédiatement une dissertation, mais analyser cette citation, la problématiser, voir comment l'on pourrait l'étayer et même la discuter,c'est un point de départ très prolifique pour la réflexion sur Le Rouge et le Noir.

 

Page consacrée à l'ouvrage de Michel Crouzet aux éditions Eurédit  

Commentaires





(Votre email ne sera pas affiché publiquement.)


Code Captcha

Cliquer sur l'image pour voir un autre captcha.