Menus Propos : le blog d'Elettra

"La Reine Margot": quelques mots d'explication et de méthode

Partager:

Étude filmique

 

« La Saint-Barthélémy », La Reine Margot de Patrice Chereau (41:19-49:40 du DVD ; 43:56-52:41 en lecture sur VLC)

 

Durée de la préparation : 6h

Durée de l'épreuve : 40 min

 

            Avant tout, assurez-vous de maîtriser le matériel technique mis à disposition le jour de l'épreuve (télécommande du lecteur DVD, chapitrage du DVD, savoir mettre sur pause à un moment opportun, avancer image par image). Prenez un peu de temps pour cela au coeur des 6h de préparation afin d'éviter la panique. Cela fera même office de pause, une sorte de récréation dans la préparation afin de se concentrer sur des considérations plus techniques (mais néanmoins importantes).

 

À propos de l'étude filmique

            C'est un type de leçon qui tombe moins souvent mais l'avantage de s'entraîner à celui-ci vient de la maîtrise du film qu'il procure et permet aussi d'éviter de désagréables surprises le jour J (si on tombe sur cette épreuve sans jamais s'y être entraîné…)

            Dans les rapports de jury, on peut lire qu'« il est indispensable de poser une problématique transversale comme pour la leçon, mais il importe également de s'interroger sur le découpage de la séquence étudiée » (Rapport sur Vivement dimanche !, 2013, p.89) ou que l'étude filmique « suppose de pratiquer des micro-analyses précises et d'établir des perspectives interprétatives transversales à l'ensemble de la séquence ou du film » (Rapport sur Vivement dimanche !, 2013, p. 89.) À propos de l'exercice de la leçon « classique » le conseil suivant a été donné : « On veillera donc à ne pas proposer au jury plus de quatre extraits, chacun n'excédant jamais la durée d'une minute. Le cas échéant, on pourra soumettre à l'analyse de simples photogrammes. » (Rapport sur Lacombe Lucien, 2009, p. 72.)

            Dans le cadre de l'étude filmique, cette remarque atteint vite ses limites car on n'aura pas à naviguer dans l'ensemble du film mais seulement dans la séquence soumise à analyse. Il est bien entendu évident qu'on ne visionne pas l'ensemble de l'extrait et ce à aucun moment de son oral (il ne viendrait pas à l'idée de lire l'ensemble de l'extrait soumis à une étude littéraire). Le jury la connaît car il l'a sélectionnée ; vous la connaissez car vous venez de passer 6h à préparer votre oral ! L'analyse de photogrammes au contraire tient une place particulière dans l'étude filmique car on peut facilement et de manière plus détaillée se questionner sur l'esthétique d'un moment particulier du film.

 

À propos du choix de l'extrait

            La nuit de la Saint-Barthélémy excède le format habituellement proposé pour une étude filmique (10 minutes maximum comme rappelé régulièrement dans les rapports de jury) et ne pourra donc pas être proposé en tant que tel. Par contre, cet ensemble de la Reine Margot constitue un excellent exemple pour illustrer l'importance du découpage retenu par le jury. En effet, en fonction du début et de la fin de l'extrait choisi, l'accent ne sera pas mis sur la même chose puisqu'on peut à la fois s'interroger plus particulièrement sur le duo La Môle/Coconnas, la place de Margot pendant et après la nuit ou la tuerie de masse. Cet accent viendra des bornes définies par le jury.

            Dans le cadre du présent exercice, j'ai choisi le découpage 41:19 à 49:40 du DVD, à savoir du premier coup du tocsin à l'abandon de la poursuite suite aux ordres donnés par Margot. Il est possible que certaines de mes remarques débordent ce découpage mais ce ne sera que par pur souci didactique. Je vous laisse le soin de décider des extraits ou analyses de photogramme à faire effectivement.

LT

 

Commentaires





(Votre email ne sera pas affiché publiquement.)


Code Captcha

Cliquer sur l'image pour voir un autre captcha.