Menus Propos : le blog d'Elettra

ATLANDE: "Un Dimanche à la campagne" par Thomas Pillard

Partager:

REVENIR SUR SES PREJUGES…

Je n’ai pas souvent été convaincue par les publications spécialement destinées aux agrégatifs, qui soit délivrent une doxa dont je me dis que la récitation à longueur de dissertation indisposera forcément le jury soit offrent un éclairage peut-être intéressant mais partiel qui n’aide pas à la réflexion dialectique.

Mais le grand vide théorique qui entoure l’œuvre de Bertrand Tavernier m’a poussée à m’intéresser au volume que Thomas Pillard consacre à « Un Dimanche à la campagne » aux Editions Atlande.

(Vous pouvez continuer la lecture de ce billet ou commander immédiatement cet ouvrage. A vous de voir…)

 

Bertrand Tavernier n’a peut-être, quant à lui, pas d’avis sur les publications pour l’Agrégation, mais dans la préface qu’il a rédigée on sent le soulagement et la reconnaissance de celui qui ,pour être reconnu comme l’un des plus grands réalisateurs français ,n’ a pas moins souffert des analyses réductrices qui entourent son œuvre.

Et en effet, l’axe directeur du travail de Thomas Pillard est le démontage de préjugés persistants sur « un Dimanche à la campagne » et leur auteur, préjugés  forgés pour la plupart  dès la réception du film et qui portent avant tout sur ce qui serait un positionnement antimoderne de Bertrand Tavernier.

(Aller dans le sens de ces préjugés ne présume  évidemment pas d’une réussite au concours.)

Dans l’ouvrage de Thomas Pillard, vous trouverez une contextualisation historique 1 plus que convaincante, un éclairage sur la préparation du film et  l’équipe avec laquelle Tavernier a travaillé, un point sur ce que représente pour lui le cinéma d’Aurenche et Bost, et surtout une matière problématisée permettant au candidat de se mettre à travailler activement à la préparation de leçons. Et parmi les autres idées préconçues que balaie cet essai, celui d'un récit filmique sans véritable enjeu. Pour montrer que je ne raconte pas d’histoires, j’ai scanné le sommaire… L'enfance, les spectres, le temps, la musique, tout y est.

Pour faire bref, c’est clair, c’est synthétique, c’est complet et c’est intéressant.

 

1 Là tout de suite, est-ce que vous êtes capable de me dire comment se situe « Un Dimanche à la campagne » entre ces deux «  tendances émergentes » du cinéma des années 80 que sont le cinéma du look et le cinéma «  rétro-nostalgie ? »  Non ?... Comment ça non ? Moi non plus avant de lire l’ouvrage de Thomas Pillard… maintenant oui, mais je ne passe pas le concours…

 

Commentaires





(Votre email ne sera pas affiché publiquement.)


Code Captcha

Cliquer sur l'image pour voir un autre captcha.